19/08/2012

Voir la mer, mais en vrai cette fois

Commencer son weekend par laisser tomber son téléphone et lui offrir ainsi une magnifique rayure. Gorilla-glas que le vendeur me disait... Je t'en foutrai moi du gorilla-glas incassable.

Mais revenons à nos moutons. Vendredi en fin d'après-midi. Clef de la voiture de location dans la poche, sacs de couchage, tente et autres tapis de sol dans le coffre, nous partons, direction Lübeck.

Quelques kilomètres plus loin, après avoir compté les vaches, les biches, les buses, les cigognes nous plantons la tente sur les bords de Schaalsee au camping Groß Zecher. Sehr schön und bukolisch comme on dit, c'est tout vert, tout calme et mêmes les gens du camping sont beaux. Au-dessus de nos têtes les étoiles, autour de nos oreilles le calme et au loin quelques canards qui même en Allemagne font coin-coin. Même.

Samedi matin, la route reprend, pause café au lait-belegte brötchen devant la mairie de Ratzeburg. C'est tout calme. Puis premier arrêt prés de la Hemmelsdorfer See où un guide nous présente la région.

Les repérages cinématographiques finis, le route continue, nous évitons soigneusement Travemünde, prenons le ferry pour 4min de croisière et atteindre l'autre rive. Glandouille sévère une fois proche du village Gross Schwansee.

La route continue, nous traversons le joli village de Klütz (ils sont pas sérieux les gens dans cette région) et atterrissons à Boltenhagen à recherche d'un camping. Ville de vacances, gros village de vacances, belle grande plage de sable éclairée, il fait chaud. Village de vacances je crois l'avoir déjà dit.

Le soir nous sortons en ville en quête de nourriture. On évite le biergarten de justesse mais on n'échappera pas au Döner King, il est 21h58 et tout est déjà fermé. Sandwich sur la plage et déambulation digestive sous les étoiles.

Le groupe de motard et le groupe jeune pas loin de notre tente sont toujours au taquet. Mais bientôt les bavardages et autres musiques (le classique "j'ai une grosse sono et une chanson, une") sont oubliés, en effet un ronfleur dans un tente voisine met tout le monde d'accord niveau bruit.

Dimanche matin, on se rapproche de Wismar et il fait chaud. Pause touristique, belle ville, toute rouge pour les églises, belles façades et bon belegte Brötchen au hareng sur le port. Un café plus tard et nous sommes sur la route, en mode retour sur Berlin. Le paysage est joliment vallonné ou savamment parce que ce mot ressemble à savane tout comme le paysage où les énormes troupeaux de bovins font penser à des bisons. Des lacs, du vert, parfois une pierre en souvenir de l'ère glacière du temps d'avant et Schwerin qui arrive au bout du chemin.

Schwerin donc, la pause s'impose pour faire le tour du château situé sur une petite île. Tellement classe que le château a accès à une autre île rien que pour lui. On a bien fait de s'arrêter là. Reprendre la route direction Berlin et finir la boucle. Voir la mer et avoir l'impression d'être allé loin, loin, loin et longtemps. Dépaysement.

Dimanche soir, rendez-vous au Strandbar proche de chez moi avec des urbanistes parisiens en vadrouille. Strandbar le Deck 5 situé au dernier étage d'un immeuble parking, dit comme ça... Mais avec du sable, des transats et une vue sur les toits de Berlin, une bière et des pizzas fraiches ça passe très bien.


3 commentaires:

sdrapeau a dit…

Ce bucolique Meck, la Creuse au bord de la mer...

Berliniquais a dit…

Gross Schwansee, Klütz... c'est quoi ces noms? On dirait "Groland" version teutonne!

Et "Müffling" c'était sympa?

:-)

Jeremie Gerhardt a dit…

Oui c'est très Groland quand tu commences à traduire ou juste lire les noms des patelins.

Müffling? Rapport au général?